Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Environnement économique > Politiques publiques > Rapport du CESE 2014 sur l’état de la France : des pistes pour redresser (...)

Rapport du CESE 2014 sur l’état de la France : des pistes pour redresser notre pays

samedi 11 avril 2015

Son avis adopté fin décembre 2014 met en lumière de nombreuses pistes d’action ou de réflexion pour redresser notre pays. Basé pour partie sur des sondages d’opinion des Français, il pourrait paraître pessimiste. Néanmoins, les axes de propositions du CESE présentés à la fin de ce rapport contredisent cette première vue.

  1. Les pistes sont rassemblées en plusieurs points :
    1. 1.Redonner confiance en l’avenir via l’action économique Adapter le cadre de retour à l’équilibre des comptes publics à la situation de déflation européenne comme l’a récemment obtenu le gouvernement français. Le rapport propose aussi de compléter les objectifs de la Banque centrale européenne en y alignant les objectifs d’emploi et croissance sur ceux de lutte contre l’inflation. Mettre en avant l’effet positif de certaines dépenses publiques alors que celles-ci sont largement décriées aujourd’hui, notamment en termes d’investissement dans les infrastructures de transport, les laboratoires d’excellence, la formation, la réindustrialisation de notre pays, la prévention des risques, la définition d’une politique de recherche et développement… « Une prise de conscience collective sur l’effet de levier de la demande publique, source d’investissements structurels, est nécessaire ».
    2. 2.Eviter le délitement de notre société Développer la formation en alternance pour augmenter le niveau de qualification des actifs et faire entrer de nouvelles personnes dans l’emploi. Lutter contre le travail précaire et évaluer l’impact des politiques de baisses de cotisations sociales sur la négociation collective et sur l’emploi.
    3. 3.Réduire les inégalités Favoriser le retour au consentement à l’impôt, malgré le ras-le-bol fiscal, le taux de prélèvements est de 45% (3e position en Europe) en diminuant les impôts proportionnels comme la TVA au profit d’un impôt sur le revenu davantage progressif et de la fiscalité écologique. Le CESE demande aussi de lutter contre le dumping fiscal et social intra européen. Lutter contre l’échec scolaire et investir massivement dans l’accueil de la petite enfance (crèches, maternelles) ; et renforcer l’apprentissage des savoirs fondamentaux à l’école primaire.
    4. 4.Promouvoir un nouveau modèle de développement plus fédérateur et durable Valoriser les secteurs exportateurs comme le luxe, l’aérospatial et l’agro-alimentaire tout en favorisant l’émergence des nouvelles formes d’économie : circulaire, numérique, sociale et solidaire, collaborative… Promouvoir un modèle qui préserve l’environnement en développant les comportements éco-responsables des acteurs économiques, en intégrant les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans les projets d’investissement.

Développer un modèle social qui place les capacités humaines comme le principal moteur du développement durable.

L’affirmation de ces objectifs est intéressante à connaître quand on sait que le Cese est l’assemblée multipartenariale où le patronat et les syndicats constituent deux collèges de poids. Elle reprend également les conclusions du dialogue économique entre les partenaires sociaux sur les secteurs à privilégier pour la croissance de notre pays.


Plus d’infos :