Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Europe, Monde > #Réalités sociales > Salaires, temps de travail, salariés étrangers : la France dans (...)

Salaires, temps de travail, salariés étrangers : la France dans l’Europe

samedi 9 août 2014

L’INSEE vient de publier un rapport imposant sur la France au sein de l’Union européenne.
Quelques données dans le domaine social :

Les salaires bruts moyens
- Dans l’Union Européenne à 27, en 2011, le salaire brut moyen d’un salarié à temps complet dans l’industrie ou les services marchands est compris entre 4 700 euros par an en Bulgarie et 60 000 euros par an au Danemark, soit près de 13 fois plus. Dans l’ensemble, le salaire brut annuel moyen est inférieur à 12 000 euros dans la plupart des pays baltes et de l’Europe centrale et orientale, compris entre 16 000 et 30 000 euros dans les pays du sud de l’Europe et supérieur à 30 000 euros dans les autres pays de l’Union. La France est en onzième position, entre le Royaume-Uni et la Grèce.

JPEG - 138.6 ko

(clic sur la vignette pour agrandir l’image)
- Néanmoins, il faut raisonner en termes de parité de pouvoir d’achat, les prix n’étant pas les mêmes dans tous les pays européens. Les écarts de salaire sont alors moins marqués quand on prend en compte les écarts de prix.
Ainsi le rapport entre les deux extrêmes passe de 13 (salaires en euros) à 5 (salaires en parité de pouvoir d’achat).

La durée du travail
- En moyenne dans l’Union européenne à 28, la durée habituelle hebdomadaire de travail pour l’ensemble des salariés (à temps complet et à temps partiel) s’établit à 37,2 heures au second trimestre 2013. Elle varie entre 29,9 heures aux Pays-Bas et 42,1 heures en Grèce. La durée hebdomadaire du travail est généralement plus faible dans les pays du nord de l’Europe et plus élevée dans les pays d’Europe centrale et orientale. La France a une durée équivalente à la moyenne européenne.

- La proportion des salariés à temps partiel varie très fortement selon les pays. Dans les pays de l’est de l’UE, le temps partiel est peu répandu. Il est inférieur à 10 %, voir quasiment inexistant en Bulgarie (moins de 3 % des personnes en emploi). Parmi les autres pays, seule la Grèce est dans une situation équivalente (8 % de personnes à temps partiel).
À l’inverse, le temps partiel est très développé dans les pays du nord de l’Europe où généralement un emploi sur quatre est à temps partiel. Les Pays-Bas ont une situation exceptionnelle avec un emploi sur deux à temps partiel.

JPEG - 220.3 ko

(clic sur la vignette pour agrandir l’image)
- En moyenne dans l’UE le taux est de près de 20 %, la France étant légèrement en dessous. Dans l’ensemble, ce sont les pays dans lesquels le taux de temps partiel féminin est le plus élevé qui ont le taux d’emploi féminin le plus élevé.

- Pour les seuls salariés à temps partiel, la durée de travail s’élève à 19,8 heures dans l’UE. Elle varie entre 16,4 heures au Portugal et 23,8 heures en Belgique. La France est au-dessus de la moyenne européenne (22,9 heures).

La main d’œuvre étrangère
- Contrairement aux discours alarmistes des xénophobes, la proportion d’étrangers dans la population active européenne n’est que de 6% en moyenne.
C’est au Luxembourg que leur part est la plus élevée. Elle est aussi importante à Chypre, en Estonie, Lettonie, Espagne et Irlande. La France est au 13ème rang, avec 6%, bien en dessous de l’Allemagne notamment (10%) et de l’Italie (11%).

JPEG - 190.1 ko

(clic sur la vignette pour agrandir l’image)


Source :
http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/sommaire.asp?ref_id=FR-UE14


 

 

Mots clés associés à l'article