Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Conditions d’emploi > Conditions de travail > Les salariés veulent plus de souplesse dans leurs horaires de (...)

Les salariés veulent plus de souplesse dans leurs horaires de travail

mercredi 11 septembre 2019

Les questions d’organisation et de temps de travail restent une préoccupation centrale pour les salariés notamment pour concilier au mieux vie professionnelle et vie personnelle. Une étude réalisée par « Opinionway » [1] pour le cabinet Horoquartz [2] le confirme : 8 salariés sur 10 estiment qu’il est important ou très important de pouvoir choisir ses horaires de travail. Mais qui sont les salariés qui demandent plus de souplesse dans leurs horaires ?

Des différences générationnelles sensibles

Globalement, quelque soit l’âge, la demande de souplesse reste très élevée. On observe toutefois des différences sensibles. Ce sont les tranches d’âge les plus jeunes et les plus âgées qui sont le moins demandeuses. 79 % des moins de 30 ans et 74 % des plus de 60 ans. Par contre, les tranches d’âge intermédiaires sont les plus concernées. Ainsi les 30-39 ans sont 80 % à demander plus de souplesse, les 40-49 ans et les 50-59 ans 83 %. Ces dernières générations sont aussi celles qui sont le plus confrontées aux charges familiales (enfants et parents) souvent assurées par les femmes. Ce sont d’ailleurs elles qui sont le plus demandeuses de souplesse dans les horaires à 85 % contre 77 % pour les hommes.

Des différences selon le secteur d’activité et le statut professionnel

Là encore, la demande de souplesse est très élevée quel que soit le secteur et les différences très peu importantes. C’est dans le secteur du BTP que le souhait de choisir ses horaires est le plus fort (86 %), suivent ensuite la banque assurance (84 %), les services aux particuliers (83 %), le commerce et l’hôtellerie (82 %), les transports (82 %), les services aux entreprises (81 %). Les moins demandeurs travaillent dans l’industrie (78 %), l’éducation et la santé (79 %) ou encore l’énergie (75 %). Des secteurs où probablement les salariés ont intégré le fait que les contraintes professionnelles ne permettent pas une grande souplesse dans les horaires.

Le statut professionnel semble plus clivant. La demande de souplesse émane plus des cadres, des professions intermédiaires et des employés (tous au-dessus de la moyenne) que des ouvriers (75 %). Là encore, les contraintes professionnelles jouent probablement un rôle important.

D’autres facteurs jouent peu

Contrairement à ce que l’on aurait pu penser compte tenu des difficultés de transport, le fait de travailler dans une très grande agglomération n’a que peu d’impact sur la demande de plus de souplesse. Elle est même supérieure dans les agglomérations de 100 à 200 000 habitants ou encore dans celles de 2 000 à 5 000 habitants (87 % pour ces deux types d’agglomérations).

Il en va aussi ainsi pour les travailleurs qui travaillent plus que le nombre d’heures prévues au contrat de travail où l’on retrouve les mêmes différences suivant les secteurs d’activité alors que les proportions de salariés qui travaillent plus longtemps peuvent être très différentes.

Équilibre vie professionnelle et vie personnelle : une responsabilité importante des managers

Question probablement commandée par le cabinet Horoquartz : la place du manager de proximité pour veiller sur l’équilibre vie professionnelle et vie personnelle est plébiscitée par les salariés (9 sur 10 salariés). Mais comment peut-il en être autrement puisque c’est lui qui gère au quotidien les horaires des salariés qu’il a sous ses ordres ? On note juste une différence sensible entre les hommes et les femmes (93 % des femmes contre 88 % des hommes le pensent). Il aurait été intéressant de se poser la question de savoir quelle place revêt la négociation sociale dans la définition des horaires et des souplesses éventuelles.

|Au final, une enquête qui confirme une demande de plus d’autonomie des salariés dans la définition de leurs horaires de travail que les entreprises devront de plus en plus prendre en compte dans les années à venir. Un sujet de négociation sociale au plus près du terrain, donc au niveau de l’entreprise comme la loi le lui permet maintenant.|



Source


Notes :

[1Enquête réalisée en 2018 par « Opinionway » auprès d’un échantillon de 2 253 salariés selon la méthode des quotas et respectant la norme ISO 20252.

[2Horoquartz : cabinet expert des solutions de gestion des temps et des plannings