Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Dialogue social > Représentativité > Elections TPE : résultats

Elections TPE : résultats

dimanche 23 décembre 2012

Résultats des élections professionnelles dans les très petites entreprises ( TPE ). Le vote des salariés des TPE : un sondage sur l’image des organisations syndicales qui profite à la CGT.

PDF - 49.4 ko
Elections TPE , tableau des résultats

Les résultats de ce vote sur sigle syndical de 4,6 millions de salariés inscrits sont maintenant connus. On sait qu’ils seront agrégés dans quelques mois à ceux des élections professionnelles dans les autres entreprises ainsi qu’à celles pour les chambres d’agriculture de janvier prochain. En sortira la liste des organisations syndicales représentatives des salariés au plan national, pesant plus de 10 % (8 % pour les négociations de branche).

Ce vote (par correspondance ou internet) ne pèsera guère dans le résultat global : 10 % seulement des salariés de TPE - 460 000 - ont jugé nécessaire ou possible de faire connaître leur choix, 4 % seulement dans les DOM : le syndicalisme est loin d’eux dans cet univers fragmenté où la syndicalisation relève du témoignage individuel. Dominent l’embarras d’avoir à choisir, l’indifférence, voire le sentiment d’impuissance, plutôt que la défiance à l’égard du syndicalisme. Rappelons qu’aux élections professionnelles en entreprise, la participation est supérieure à 60 %.

Certes le ministère du travail comme les organisations ne s’attendaient pas à mieux dès lors que ce vote n’avait pas d’enjeu concret : pas de noms de candidats à élire, contrairement à ce qui se passe dans les élections professionnelles en entreprise où les salariés choisissent leurs représentants pour les défendre et négocier. Rien de tel ici : l’ancien Parlement sensible au rejet patronal de toute institutionnalisation du syndicalisme dans ce milieu en avait décidé. Il s’agissait de choisir entre des sigles – et ils étaient nombreux, 9 nationaux, mais 21 en région - qui pouvaient seulement évoquer des images vues à la télévision au fil de l’actualité, des conflits ou des interviews ou sur des tracts, des affichettes, voire dans les placards publicitaires dans les journaux locaux. Pas de grande campagne médiatique aux heures de grande écoute, incitant vraiment à voter. Chaque salarié avait seulement reçu des programmes qui en deux pages essayaient de donner des motifs d’appâter le client, sur le modèle des élections politiques. C’est dire.

Au fond, ce vote prend davantage la forme de sondage sur la notoriété et l’image de marque.

Les résultats confirment la représentativité (plus de 10 % des suffrages exprimés) de trois confédérations. Sur ce registre la CGT est nettement gagnante avec dix points d’avance (29,5 %) sur la CFDT (19,3 %) et FO (15,3 %). Au total, le trio, c’est 64 % de ceux qui se prononçent. La CFDT, qui avait choisi une campagne dite de proximité, destinée à développer son implantation et à se vendre comme le syndicat « qui change le quotidien », ne fait pas un bon résultat. Le climat social présent, la montée du chômage, les plans sociaux donnaient davantage de poids aux arguments plus revendicatifs, à la tonalité populaire et protestataire, de la CGT et de FO, malgré la présence médiatique de la CFDT de Florange. Leurs publicités dans les quotidiens locaux a peut-être été plus efficace que la campagne CFDT.

Près de 20 % des suffrages se sont portés sur l’UNSA (7,35 %), la CFTC (6,53 %) et Solidaires (4,75 %), qui sont encore loin du seuil de 10 %.

Autour de 2 % chacune, la Confédération autonome du travail, la CFE-CGC et la CNT. Le reste des suffrages s’éparpille dans des organisations candidates au niveau régional ou professionnel. A noter cependant les résultats du SPAMAF (Syndicat professionnel des assistants ménagers et assistants familiaux) qui dans son secteur professionnel devrait décrocher la représentativité.

Dans le collège cadres, enfin, la CFE-CGC est certes représentative avec 27 % des voix, la CFDT étant seconde (20,5 %), alors que là aussi elle pouvait espérer mieux. Dépassent aussi les 10 % la CGT (13,6 %), et la CFTC (12,1 %), alors que FO ne fait que 8,78 %. Les quatre confédérations intercatégoriels rassemblent la majorité des suffrages (55 %).

Au total, un paysage sans surprise majeure.