Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Environnement économique > Economie > En 2016 l’activité des services à la personne se stabilise

En 2016 l’activité des services à la personne se stabilise

mercredi 20 juin 2018

Le nombre d’heures rémunérées dans le secteur des services à la personne s’est stabilisé en 2016, alors qu’il diminuait depuis 2011 [1]. Cette quasi stabilisation de l’activité résulte d’une plus forte augmentation des heures rémunérées par les organismes prestataires (+2,0 % après +1,0 % en 2015), combinée à une baisse moins marquée des heures rémunérées par les particuliers employeurs (-2,1 % après -3,3 % en 2015). Les intervenants employés par des particuliers sont ainsi 895 800 au 2e trimestre 2016 (-2,1 % par rapport à 2015).

Un intervenant des services à la personne (prestataire, mandataire ou particulier employeur) effectue en moyenne 182 heures par trimestre au 2ème trimestre 2016. Cette durée est en légère hausse : il réalisait 178 heures en moyenne par trimestre en 2010 et 180 heures par trimestre en 2013.

Dans le même temps, les organismes prestataires emploient près de 421 000 intervenants, soit une hausse de 1,1 % sur un an. Plus de 3 organismes prestataires sur 4 sont des entreprises privées (micro-entrepreneurs inclus). Si les heures d’intervention à domicile de ces dernières continuent d’augmenter (+8,5 % en 2016), l’activité des autres organismes prestataires, associations et organismes publics continue de ralentir (-1,4 % en 2016).

Ainsi, 861 millions d’heures ont été rémunérées pour les activités de services à la personne exercées au domicile de particuliers, soit une baisse de 0,3 % en 2016 (après -1,5 % en 2015). L’effectif global des intervenants au domicile des particuliers est estimé à 1,22 million de personnes au 2ème trimestre 2016. Cela représente une baisse de 0,5 % par rapport au 2ème trimestre 2015.

Le recours aux services à la personne peut s’effectuer selon deux modes

  • L’emploi direct d’un intervenant par un particulier. Celui-ci est l’employeur direct de la personne. En 2016, l’emploi direct d’intervenants par des particuliers employeurs représente 56 % des heures rémunérées de services à la personne. Il reste le mode de recrutement prédominant, malgré une diminution progressive depuis 2011.
  • Le recours à un organisme prestataire :
    • La structure mandataire se charge des formalités administratives d’embauche, en contrepartie d’une contribution représentative des frais de gestion. Dans ce cas, le particulier conserve une responsabilité pleine et entière d’employeur.
    • En mode prestataire, l’organisme met à disposition du particulier ses intervenants. Le particulier est alors client de l’organisme qui lui facture la prestation.

Les heures rémunérées en emploi direct ou via un organisme mandataire diminuent de 2,1 % en 2016, plus faiblement qu’en 2015 (-3,3 %). À l’inverse, l’activité des organismes prestataires augmente en 2016 (+2,0 % après +1,0 % en 2015). Au cours du 2ème trimestre 2016, 895 800 intervenants salariés sont employés par des particuliers, directement ou par l’intermédiaire d’un organisme mandataire, soit une diminution de 2,1 %. Au contraire, le nombre d’intervenants des organismes prestataires poursuit son évolution en 2016 (+1,1 % par rapport à 2015) et s’établit à 420 900 intervenants, salariés ou non salariés.

L’activité des entreprises privées prestataires croît à un rythme élevé, avec 138 millions d’heures rémunérées, soit une hausse de 8,5 % par rapport à 2015. Leur part de marché est passée de 34,0 % en 2015 à 35,2 % en 2016. L’activité des micro-entrepreneurs augmente, elle aussi, à un rythme soutenu, même si elle reste encore marginale (1,0 % des heures rémunérées de l’activité prestataire en 2016).

Les activités réalisées diffèrent selon le type d’organisme

  • Les associations et les organismes publics sont principalement tournés vers l’aide aux personnes âgées et aux personnes handicapées (près de 65 % de leurs activités respectives) et vers des activités d’entretien de la maison. La part qu’ils consacrent à l’aide aux personnes âgées a baissé de 6 points entre 2010 et 2016.
  • L’activité des entreprises privées prestataires, hors micro-entrepreneurs, est plus diversifiée. Le petit jardinage et le bricolage (11,7 %) et la garde d’enfants (10,9 %) y occupent une place plus importante. Leur part de marché dans l’aide aux personnes âgées et handicapées, domaine traditionnel d’intervention des associations et des organismes publics, se développe progressivement (respectivement +6,5 points et +5,5 points entre 2010 et 2016). À l’inverse, les activités d’entretien de la maison se contractent (-8,4 points sur la même période).
  • Les micro-entrepreneurs prestataires se spécialisent essentiellement dans les activités d’entretien de la maison (42,7 %), le petit jardinage et le bricolage (25,6 %). Les cours à domicile et le soutien scolaire représentent 20,9 % de leur activité et se développent au cours des cinq dernières années (+8,5 points), tandis que le petit jardinage et le bricolage perdent de l’importance (-13,4 points entre 2010 et 2016).

Le nombre de salariés travaillant au domicile de particuliers est marqué par une forte saisonnalité. Celle-ci varie selon le type de recours. Le 2ème trimestre est un point haut dans l’emploi direct de services à la personne : 893 600 personnes sont employées par un particulier au 2ème trimestre 2016, puis leur nombre diminue au fil des trimestres (883 600 au 3ème trimestre ; 866 500 au 4ème trimestre)

L’emploi prestataire varie également selon les trimestres : il est plus élevé aux 2ème et 4ème trimestres (respectivement 420 900 et 419 500 intervenants) contre respectivement 411 400 et 413 400 intervenants aux 1er et 3ème trimestres.

Les aides directes constituent un soutien important au secteur des services à la personne. Ce secteur est très sensible aux modifications règlementaires ou financières. Ainsi, la nouvelle directive sur la scolarité obligatoire des enfants de 3 ans changera-t-elle certains comportements dans les services à la personne ?




Référence