Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Société > Inégalités, discriminations > Encore de nombreuses discriminations au travail

Encore de nombreuses discriminations au travail

mercredi 7 novembre 2018

Il y a peu, le Défenseur des droits a publié avec l’OIT le 11ème baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi, qui montre une permanence de ces discriminations, propos ou comportements sexistes, racistes, homophobes, handiphobes, liés à la religion ou à l’état de santé. Ce harcèlement discriminatoire se traduit non seulement par des actes de discrimination mais aussi par d’autres formes d’hostilité ou de dévalorisation.

L’exposition à des propos ou comportements discriminatoires

Un quart des personnes interrogées (un échantillon représentatif de 5 000 personnes) ont déclaré avoir fait l’objet de propos ou comportements stigmatisants dans les 5 dernières années, 20 % peu souvent et 5 % très souvent. Et cela quel que soit là où l’on travaille : cela existe autant dans le secteur public (27 %) que dans le privé (25 %).

Taux de propos ou comportements discriminatoires
Exposition aux propos ou comportements En %
Sexistes 14 %
Racistes 9 %
Liés au handicap 5 %
Liés à la religion 5 %
Homophobes 3 %


Ce sont donc les propos ou comportements sexistes puis racistes qui sont les plus fréquents, en moyenne. Mais cette exposition est hétérogène selon les catégories de personnes interrogées :

  • 23 % des femmes se sont heurtées à des propos ou comportements sexistes (6 % des hommes) ;
  • 24 % des personnes qui se déclarent homosexuelles ou bisexuelles subissent des propos et comportements homophobes (2 % des hétérosexuels) ;
  • 33 % des personnes perçues comme non blanches ont subi des propos ou comportements racistes, et même 38 % des personnes noires (6 % des personnes perçues comme blanches) ;
  • 15 % des handicapés ont été exposés à des propos et comportements handiphobes ou liés à l’état de santé (2 % sans handicap) ;
  • 22 % des musulmans ont fait l’objet de propos ou comportements liés à leur religion (3 % des chrétiens).

Les femmes subissent les discriminations plus que les hommes, en particulier 54 % des femmes perçues comme non blanches, 43 % de celles qui ont un handicap. Très exposés aussi sont les hommes homosexuels ou bisexuels (40 %) et ceux qui sont perçus comme non blancs (40 %).

L’exposition à des attitudes hostiles

Plus de la moitié de l’échantillon déclare avoir vécu au moins une situation de dévalorisation du travail : 57 % des hommes et 54 % des femmes. Soit on sous-estimait leurs compétences (38 %), soit on leur faisait comprendre qu’« en faire plus » permettrait de mieux reconnaître leur travail (37 % des femmes et 32 % des hommes), soit on dévalorisait le travail fait (un tiers), ou encore on les chargeait de tâches ingrates ou dévalorisantes (19 %). De plus, souvent ces attitudes hostiles se cumulent, dévalorisation, discrimination et propos et comportements, devenant du harcèlement discriminatoire.

Là encore, certains groupes sociaux, les mêmes d’ailleurs, sont davantage exposés : 36 % des femmes perçues comme non blanches, 29 % des femmes handicapées, 22 % des homosexuels ou bisexuels, 21 % des hommes perçus comme non blancs, contre 4 % des hommes perçus comme blancs.

Tous ces éléments montrent que ces propos, comportements et attitudes sont très fréquents dans les milieux de travail, mais aussi qu’ils y sont minimisés. Pourtant, précise le Défenseur des droits, « ces situations sont de nature à engager la responsabilité de l’employeur, sur le fondement de son obligation de sécurité ». Une précision juridique essentielle, qui permet aux élus du personnel, au-delà du soutien individuel aux salariés discriminés, d’agir auprès de l’employeur pour faire cesser ces comportements inacceptables qui entrainent un mal-être pour ces salariés.


Source

Rappel – Clés du social