Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Environnement économique > Emploi > Les embauches ont repris en 2017

Les embauches ont repris en 2017

mercredi 7 juin 2017

Chaque année, Pôle emploi adresse un questionnaire à plus de 1,6 million d’établissements afin de connaître leurs besoins en recrutement, par secteur d’activité et par bassin d’emploi (les données recueillies sont traitées avec le Credoc). Or, les réponses des entreprises sont en nette hausse :
1 976 468 projets d’embauches, soit 149 000 de plus qu’en 2016 (+8 %), dans 22,4 % des entreprises interrogées (512 000), plus haut niveau depuis 2010. Et elles souhaitent le faire rapidement dans l’année : 87 % dès le 1er semestre.

Les entreprises demandeuses sont de toutes tailles, dont 15 % dans les entreprises de 1 à 4 salariés. 39 % comptent embaucher suite à des départs définitifs, 31,8 % pour faire face à un surcroît ponctuel d’activité, d’autres comptent créer des postes (16 %), ou remplacer des absences (12 %).

Parmi ces embauches prévues, si 39 % seront saisonnières, 61 % ne le seront pas (1,2 million) ; parmi ces dernières, si 3,5 % seront des emplois temporaires, les 57,5 % restants seront plus durables (38,4 % de CDI, 19,2 % de CDD de 6 mois ou plus).

Les services aux particuliers sont ceux qui prévoient le plus grand nombre d’embauches (40 % du total), suivis des services aux entreprises (24 %), les deux assurant l’essentiel du surcroît 2017. Derrière on trouve le commerce (12 %), l’agroalimentaire (10,5 %), l’industrie (8 %), et le BTP (5 %) en forte croissance. On pense avoir besoin notamment de 230 000 personnes dans le social et médico-social, 91 400 ouvriers du BTP, 132 000 ouvriers de l’industrie, 111 700 viticulteurs, arboriculteurs et cueilleurs, 85 000 agents d’entretien, 79 500 serveurs, 71 400 personnes dans l’animation socioculturelle, 59 000 aides ménagères et aides à domicile, 50 000 aides-soignants, près de 40 000 aides et apprentis de cuisine, 220 000 cadres dont des ingénieurs, cadres d’étude et cadres de recherche et de développement informatique (33 000)…

Les régions seront inégalement concernées : on trouve en tête l’Île de France, Rhône-Alpes-Auvergne et la Nouvelle Aquitaine.


Ce sont des prévisions. Ce qui donne l’espoir de leur réalisation concrète, c’est en regardant pour les années précédentes le taux de résultats par rapport aux projets. Or, en 2016 par exemple, 93 % des entreprises ont réellement effectué des recrutements prévus dont, pour 82 %, la totalité des embauches projetées.
Cela se cumule avec une baisse du chômage de 0,4 point au premier trimestre (Insee) et de 1 %, soit -36 300 chômeurs, en avril (Pôle emploi).


Sources