1. Accueil
  2. > Conditions d’emploi
  3. > Rémunération
  4. > Qui ont été les « bénéficiaires » du Smic en 2020 (...)

Qui ont été les « bénéficiaires » du Smic en 2020 ?

mercredi 3 février 2021

Le Smic brut horaire a augmenté d’un peu moins de 1 % en 2021. À compter du 1er janvier 2021, il est fixé à 10,25 euros soit 1 554 euros brut mensuel pour 35 heures hebdomadaires.
Mais combien de salariés ont bénéficié de la revalorisation de 1,2 % du smic l’année dernière en 2020 ? Qui étaient-ils ? Les éléments de réponse sont à trouver dans une étude de la DARES (le service statistique du ministère du Travail) sortie en décembre 2020. Si on résume : ce sont des travailleurs, des travailleuses devrait-on dire, de très petites entreprises, dans les services, et à temps partiel le plus souvent. Détails…

13 % des salariés au Smic en 2020

2,25 millions de salariés du secteur privé ont bénéficié de la revalorisation du Smic en 2020 soit 13 % des salariés. Cette proportion est assez élevée, même si elle est légèrement à la baisse par rapport à l’année précédente (13,4 %). Elle avait fortement baissé entre 2005 et 2010 (de 16,3 % à 9,8 %) à la suite d’une forte pression exercée par la Direction Générale du Travail sur les branches professionnelles avec le soutien de la sous-commission salaires de la commission nationale de négociation collective pour remonter les minima de branche au niveau du Smic. La proportion de salariés au Smic s’était ensuite maintenue entre 10 et 11 % entre 2011 et 2018 pour monter enfin à 13,4 % en 2019 et donc 13 % en 2020.

Un nombre trop important de salariés au Smic signifie un tassement des grilles de branches et pour beaucoup la perspective d’être plus longtemps à ce niveau dans leur carrière professionnelle. Cela signifie aussi que de nombreuses branches professionnelles ont des minima de branche inférieurs au smic et donc probablement une négociation de branche moins dynamique sur la question salariale. 16 % des branches présentaient un premier niveau inférieur au smic. Cette proportion, en amélioration par rapport à 2019, reste à un niveau encore très élevé d’autant que le nombre de salariés se situant dans ces branches est quasiment identique à celui de l’année précédente.

Les salariés au Smic travaillent dans les très petites entreprises…

39 % des salariés qui ont bénéficié de la revalorisation du Smic en 2020 travaillaient dans les très petites entreprises. Plus l’entreprise est petite plus la proportion de salariés au smic dans ces entreprises est élevée. Ainsi, alors que la moyenne des salariés au smic était de 27,3 % dans les entreprises de 1 à 9 salariés, cette proportion passe à 33,9 % pour les entreprises avec deux salariés et 34,5 % pour celles qui n’ont qu’un seul salarié. D’une manière générale, plus l’entreprise est grande plus la proportion des salariés au smic est faible (6,1 % pour les plus de 500 salariés).

… dans le commerce, l’hôtellerie-restauration-tourisme et les services essentiellement
D’une année sur l’autre, les évolutions ont été faibles et les secteurs qui concentrent l’essentiel des salariés au smic sont les mêmes. Ainsi on trouve la part la plus importante de ces salariés dans l’habillement-cuir-textile (24 %), le commerce alimentaire (30 %), l’hôtellerie-restauration-tourisme (38 %) dont la restauration rapide (67 %), l’aide à domicile (46 %), les services à la personne (56 %), les prestataires du secteur tertiaire (33 %) et dans une proportion moindre les petites entreprises du bâtiment (21 %), la prévention sécurité (20 %) ou l’hospitalisation à but non lucratif (20 %). En revanche, il y en a très peu dans l’industrie (entre 3 à 5 %), le secteur de la finance (2 %) ou encore les bureaux d’étude (3 %).

Les salariés au Smic sont souvent à temps partiel…

30 % des salariés à temps partiel sont rémunérés au smic, plus de trois fois plus que les salariés à temps plein. Cette proportion est particulièrement élevée dans les secteurs déjà cités pour leur forte proportion des salariés au Smic et particulièrement dans l’hôtellerie-restauration tourisme (63 %) ou encore l’aide à domicile (52 %) et les services à la personne (62 %).

…ce sont principalement des femmes

Alors qu’elles représentent 44 % de l’emploi salarié du secteur privé, les femmes représentent 59,3 % des salariés au smic soit 1,33 million. Cette surreprésentation des femmes se retrouve dans les entreprises de toutes tailles. Elle est plus importante dans les grandes entreprises que dans les petites (54,8 % dans les moins de 10 salariés, 62,1 % dans les autres entreprises) alors que la part des femmes dans l’emploi est à l’inverse plus importante dans les petites. La chimie-pharmacie est le secteur où l’écart est le plus important. 85% des femmes sont au smic alors qu’elles ne représentent que 57 % des salariés. On trouve l’exemple inverse dans le nettoyage. Ces différences sont liées à la structure de l’emploi salarié : dans la chimie-pharmacie, les femmes sont surreprésentées dans les contrats précaires et chez les jeunes, alors que dans le nettoyage elles ont plus d’ancienneté que les hommes et sont moins souvent en CDD.

Difficile de prévoir quelle aura été l’influence de la crise du COVID 19 sur la structure de l’emploi salarié en 2020 et plus particulièrement sur le nombre de salariés au SMIC au 1er janvier 2021.


Source