1. Accueil
  2. > Dialogue social
  3. > Syndicats
  4. > L’image des syndicats s’améliore, celle de la CGT reste (...)

L’image des syndicats s’améliore, celle de la CGT reste contrastée

mercredi 19 mai 2021

Un récent sondage Harris Alternative commandé par la CGT [1] vient redonner du baume au cœur des syndicalistes : leur image s’améliore vis-à-vis des Français et surtout vis-à-vis des salariés auxquels ils s’adressent plus particulièrement. Fait historique, l’image de la CFDT est aussi positive que celle de la CGT, ce qui n’était jamais arrivé depuis 2002 dans ce baromètre annuel. Cette enquête réalisée à la demande de la CGT, et qui la concerne donc plus particulièrement, apporte des réponses contrastées sur son image et ce qu’en attendent les Français. Elle peine manifestement à répondre aux attentes des salariés.

En 2020, les salariés font confiance aux syndicats ; CFDT et CGT au coude à coude

51 % des salariés font confiance aux syndicats pour défendre leurs intérêts. C’est la première fois depuis 2014 que la confiance accordée aux syndicats par les salariés est supérieure à 50 %. Ce niveau de confiance progresse depuis 2018 où il était tombé à 43 % au moment du mouvement des gilets jaunes. Mais depuis, on peut penser qu’en réaction aux réformes du quinquennat et surtout, cette dernière année, à l’occasion de la crise du COVID, les syndicats ont pu démontrer leur utilité pour défendre les travailleurs.

Avec 47 % d’opinions favorables, stable par rapport à 2019, la CFDT se situe au même niveau que la CGT pour défendre les intérêts des salariés. Cela n’était pas arrivé depuis 2001. Elle est même en tête chez l’ensemble des Français : 42 %, contre 40 % pour la CGT et 38 % pour FO. Cette dernière organisation est en légère progression ces deux dernières années, résultat certainement de l’image apaisée offerte par son secrétaire général.

Notons, par ailleurs, que la CFE-CGC et la CFTC sont au coude à coude à un niveau relativement stable depuis le début des années 2000 (un peu plus de 30 % en général et toutes les deux à 31 % en 2020). L’UNSA, en progression depuis 2016, est en tête des « petits syndicats » avec 26 % d’opinions favorables. Solidaires et FSU sont juste derrière à 24 % et 23 %.

Le regard des salariés et des Français sur la CGT : combative mais peu efficace

Pour les salariés, la CGT est jugée combative (75 %), présente (74 %), disponible (67 %), respectueuse de l’avis des salariés (65 %). Des points forts pour la CGT. Les avis sont encore majoritairement positifs sur des items tels que « capable de propositions » (59 %), « soucieuse de l’unité d’action » (56 %), « indépendante » (54 %) et « ouverte » (52 %).

Toutefois, elle n’est jugée constructive que par 44 % des salariés et réaliste par seulement 37 %. Enfin, elle n’est jugée efficace que par 40 % des salariés, chiffre toutefois en hausse de 5 points depuis 2018, résultat probable de son action à la SNCF ou contre la réforme des retraites.

Mais la CGT peut se rassurer. Elle est jugée plus efficace que la CFDT et FO pour agir dans pratiquement tous les domaines de l’action syndicale et parfois très nettement. Que ce soit sur les questions de protection sociale, de conditions de travail, de pouvoir d’achat ou de conditions d’emploi, elle obtient des scores entre 32 % à 44 % d’opinions favorables contre 17 % à 29 % pour la CFDT et 15 % à 32 % pour FO.

Les attentes des salariés

Pragmatiques, les salariés comme l’ensemble des Français pensent que des avancées sociales peuvent être obtenues sur l’emploi des jeunes, l’égalité femmes/hommes dans le travail, le respect de droits des salariés (73 % d’avis favorables pour les trois propositions), la pénibilité, la lutte contre la flexibilité de l’emploi ou encore la démocratie dans l’entreprise ou la création d’emploi (entre 60 et 65 %).

Cependant, les avancées leur semblent impossibles sur les salaires, l’emploi des seniors, et surtout la réduction du temps de travail (23 %) qui est pourtant une revendication largement mise en avant par la CGT ces dernières années. 7 % des salariés seulement pensent que cela devrait être un objectif pour les syndicats. Ils pensent qu’elle se traduirait par une baisse des salaires, ne permettrait pas de créer des emplois et ne constituerait pas une réponse à la crise actuelle…

Plus largement, ils attendent des syndicats qu’ils se mobilisent sur les salaires, la formation professionnelle, les conditions de travail et surtout pour l’égalité femmes/hommes qui est la préoccupation première des salariés.

Même si les pourcentages de salariés prêts à l’action se situent encore à un niveau élevé (un peu plus de 50 %), les salariés semblent de moins en moins prêts à participer à des luttes syndicales comme des grèves (51 % en 2020, 56 % en 2018), des manifestations (55 % contre 62 %) ou des assemblées générales (64 % contre 69 %), modes d’action privilégiés souvent par la CGT.

Les attentes vis-à-vis de la CGT

Les salariés veulent que la CGT fasse preuve de plus de réalisme dans les négociations (47 %) et qu’elle se coupe de toute influence politique (44 %). Ils attendent aussi qu’elle trouve de nouvelles solutions à la crise économique (39 %) et qu’elle soit plus à l’écoute des travailleurs (37 %). Notons aussi qu’ils voudraient qu’elle fasse plus de place aux femmes dans le syndicat (27 %). Enfin peu de salariés souhaitent qu’elle soit plus combative (18 %) ou qu’elle se démocratise (19 %). Des réponses des salariés qui sont donc peu en phase avec l’attitude et les pratiques actuelles de la CGT.

Il en est de même de l’attitude à tenir vis-à-vis du gouvernement actuel ou du patronat. Les Français attendent que la CGT soit plus ouverte au dialogue (84 et 85 %) et soit force de proposition (76 et 78 %). Une attente en contradiction avec ses déclarations et les fréquents boycotts de réunions proposées par le gouvernement ou le patronat comme son refus récent de participer aux réunions issues de la fixation de l’agenda social autonome des partenaires sociaux.

Thème nouveau de l’action syndicale et qui doit encore y trouver sa place, les Français ne font majoritairement pas confiance à la CGT pour faire des propositions dans le bon sens en matière d’environnement alors qu’ils sont 66 % à considérer que la lutte pour l’environnement et lutte contre les inégalités sociales sont indissociables. Et cela, au moment où elle tente de travailler avec des organisations engagées dans la lutte pour l’environnement. Initiative, par ailleurs très critiquée en interne.



Alors que souvent, les commentateurs parlent de déclin de la CGT, ce sondage montre qu’elle reste encore une force syndicale avec laquelle il faut compter. Toutefois, elle est particulièrement confrontée à un problème de crédibilité et d’efficacité vis-à-vis des salariés. Son attitude, ces dernières années, combative certes mais jugée peu constructive et la lutte d’influence qui se mène en interne sur le type de syndicalisme qu’elle doit mener, à l’approche de son prochain congrès en 2022, n’est pas de nature à éclairer son avenir.


Source


Notes :

[1Sondage Harris Alternative réalisé pour la CGT selon la méthode des quotas du 15/12/20 au 31/12/20 auprès d’un échantillon de 1001 personnes de 18 ans et plus.