1. Accueil
  2. > Environnement économique
  3. > Politiques publiques
  4. > Télétravail, les frais professionnels engagés en 2020 sont (...)

Télétravail, les frais professionnels engagés en 2020 sont exonérés d’impôts

samedi 15 mai 2021

Le télétravail s’est imposé au cours de la pandémie de covid. Il a parfois engendré des coûts pour les salariés. Certains employeurs ont versé des allocations sous forme d’indemnités, de remboursements forfaitaires ou encore de remboursements de frais réels. D’autres n’ont rien pris en charge. De ce fait l’administration des finances prévoit des modalités fiscales différentes mais qui reposent sur le principe de l’exonération dans la limite de 550 € pour l’année.

En premier lieu, quels sont les frais de télétravail déductibles ?

  • Les frais de communication (abonnement, souscription à une offre internet...) ;
  • Les frais de fournitures et d’imprimés (dépenses de cartouches d’encre, de ramettes de papier) ;
  • Les frais liés à l’utilisation d’un local privé (frais d’électricité, d’eau, de chauffage, d’assurance habitation, de diagnostic de conformité électrique...) ;
  • Les frais de déplacement entre le domicile et le lieu de travail, avec justification de la nécessité des déplacements entre le domicile et le lieu de travail ;
  • Les frais de téléphone portable (frais d’abonnement, de communication et d’acquisition de téléphone portable) ;
  • Et l’achat de mobilier et matériel informatique pour les besoins de cette activité professionnelle.

Les différentes modalités fiscales en fonction des décisions de l’employeur

Le salarié a engagé des frais de télétravail mais n’a pas perçu d’allocation de son employeur

  • S’il n’opte pas pour la déduction des frais réels, Il bénéficie d’un abattement forfaitaire de 10 %, calculé automatiquement sur les montants déclarés en traitements et salaires.
  • Si le salarié opte pour la déduction des frais réels, les frais professionnels liés au télétravail à domicile sont exonérés dans la limite de 2,5 € par jour de télétravail, soit une exonération de 50 € pour un mois comprenant 20 jours de télétravail, dans la limite annuelle de 550 €. On peut également déduire les frais de télétravail pour leur montant exact si cela est plus favorable.

De manière générale, en cas d’option pour la déduction en frais réels, tout salarié peut déduire de son impôt sur le revenu la totalité de ses frais professionnels (liés au télétravail ou non), mais tout en pouvant les justifier.

Le salarié a engagé des frais de télétravail et a perçu des allocations de son employeur

  • S’il n’opte pas pour la déduction des frais réels, les allocations versées par l’employeur couvrant les frais de télétravail à domicile (indemnités, remboursements forfaitaires ou remboursements de frais réels) sont exonérées d’impôt sur le revenu. Il n’y a rien à déclarer. L’abattement forfaitaire est de 10 %, calculé automatiquement sur les montants déclarés en traitements et salaires.
  • Si le salarié opte pour la déduction des frais réels, les allocations versées par l’employeur sont exonérées d’impôt sur le revenu. Il n’y a rien à déclarer. Le salarié a la possibilité de déduire ses frais de télétravail, notamment si le montant est supérieur aux allocations versées par l’employeur. Dans ce cas les allocations perçues sont imposables et il faut les déclarer, en les réintégrant dans les traitements et salaires. Les frais professionnels liés au télétravail sont alors exonérés dans la limite de 2,5 € par jour de télétravail, soit une exonération de 50 € pour un mois comprenant 20 jours de télétravail, dans la limite annuelle de 550 €.

Source