1. Accueil
  2. > Société
  3. > Education
  4. > Quel niveau de maîtrise du français en fin de CM2 (...)

Quel niveau de maîtrise du français en fin de CM2 ?

samedi 17 décembre 2022

Deux notes d’information publiées par la DEPP [1] nous éclairent sur le niveau de maîtrise du français des jeunes en fin d’école primaire. La première, publiée en septembre est consacrée aux résultats de la dernière étude Cèdre [2], menée en 2021, la seconde, publiée le 6 décembre 2022, met l’accent sur le niveau d’orthographe des CM2, mesuré également en 2021.

Les éléments importants de l’étude Cèdre

  • Une légère hausse du niveau global des élèves, après douze ans de stabilité
    Le score moyen passe de 251 à 254 entre 2015 et 2021, alors que le niveau était stable depuis 2003. Cette hausse du niveau global est d’autant plus notable qu’elle intervient un an après la fermeture des écoles en mars-avril 2020 en raison de la crise sanitaire.

Cette hausse est portée par les élèves du secteur public hors éducation prioritaire (+5 points), alors ceux qui sont dans des écoles classées en éducation prioritaire (EP) ou dans le privé ne voient pas leurs performances évoluer de façon significative entre 2015 et 2021. Point important à noter, l’étude de 2021 concerne des élèves entrés majoritairement en CP en 2016, soit un an avant la mise en œuvre de la politique de dédoublement des classes de CP en REP et en REP+. Dans le même temps, l’écart entre le secteur public hors EP et le secteur privé se réduit : 6 points en 2021 contre 8 points en 2015.

  • Mais de nombreuses différences subsistent toujours

Les différences de niveaux sont toujours très marquées par l’origine sociale des élèves. Le score moyen de chaque école progresse à mesure que le niveau social de ses élèves augmente. L’écart de niveau entre les écoles accueillant les élèves les plus favorisés socialement et celles accueillant les élèves les moins favorisés avoisine les 30 points (stable depuis 2015).

Les élèves dits « en retard » (entrés en CM2 à 11 ans et plus) sont plus en difficulté que les élèves « à l’heure » : leur score moyen est inférieur de 48 points environ.

Les filles sont toujours plus performantes (+8 points), même si les garçons réduisent les écarts.

6 groupes de compréhension du français

Les évaluations Cèdre déterminent six groupes de niveaux en fonction du nombre de points obtenus aux épreuves. En ce qui concerne l’échelle de performances en maîtrise de la langue en 2021, la répartition dans les différents groupes de niveau est la suivante :
 Groupe inférieur à 1, élèves en grande difficulté de lecture et en étude de la langue (160 points maximum), 1,2%.
 Groupe 1, faibles « compreneurs » (160 à 199 points), 9,8%.
 Groupe 2, élèves capables de comprendre des écrits plus longs que ceux des groupes inférieurs (200 à 238 points), 26,6%.
 Groupe 3, lecteurs capables d’accéder à la compréhension globale d’un écrit long et d’affiner leur appréhension des personnages et du narrateur (238 à 276 points), 32,1%.
 Groupe 4, lecteurs qui déploient des stratégies expertes pour atteindre une représentation globale du texte (277 à 315 points), 21,2%.
 Au-delà, groupe 5, lecteurs critiques qui ont une compréhension de l’évolution de la trame narrative, 9,2%.

Les résultats en orthographe des CM2

Ces différences se retrouvent lorsque l’on examine les résultats en orthographe des CM2. L’évaluation, sous forme de dictée (la même depuis 1987), permet de dégager les résultats suivants : les élèves de CM2, en 2021, font en moyenne 19,4 erreurs en orthographe, contre 18 en 2015, 14,7 en 2007 et 10,7 en 1987. En 34 ans, le nombre de fautes dans la dictée a donc quasi doublé. Cette moyenne cache une forte chute du nombre d’élèves faisant peu de fautes. En 1987, 13% des écoliers faisaient moins de 2 fautes. Ils ne sont plus que 2% aujourd’hui. Et ceux qui font plus de 25 erreurs sont passés de 7 à 27%.

La note de la DEPP souligne que la baisse des résultats concerne « l’ensemble des élèves, quels que soient leur sexe et leur âge » (même si les filles obtiennent de meilleurs résultats) et les performances restent « très liées » à leur origine sociale.

C’est l’orthographe grammaticale (règles d’accord entre le sujet et le verbe, accords dans le groupe nominal, accords du participe passé) qui demeure la source principale de difficultés.

Alors même que la maîtrise de la langue reste un élément important et discriminant en matière de recrutement, ces résultats sont inquiétants.


Sources


Notes :

[1La direction de l’évaluation de la prospective et de la performance (DEPP), organisme relevant du ministère de l’éducation et de la jeunesse, produit des données statistiques. Ces données sont des éléments d’information pour diagnostiquer, évaluer et décrire le système éducatif français.

[2Les enquêtes « Cèdre » (cycle des évaluations disciplinaires réalisées sur échantillons) ont lieu tous les cinq ou six ans. Elles ont pour but d’établir des bilans nationaux des acquis des élèves en fin d’école et de collège au regard des objectifs fixés par les programmes officiels. Elles permettent une comparaison du niveau des élèves à dix-huit ans d’intervalle, sur quatre temps de mesure : 2003, 2009, 2015 et 2021.