1. Accueil
  2. > Environnement économique
  3. > Emploi
  4. > Indicateurs du marché du travail du 1er mars au 20 août (...)

Indicateurs du marché du travail du 1er mars au 20 août 2020

mercredi 9 septembre 2020

Dans le contexte actuel de crise sanitaire, la Dares publie tous les quinze jours, en collaboration avec la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) et Pôle emploi, un suivi d’indicateurs éclairant la situation sur le marché du travail. Ces données sont susceptibles d’être révisées dans les semaines qui viennent.

1 - Activité partielle : 11,9 millions de salariés étaient susceptibles d’être placés en activité partielle au 20 juin 2020

  • Sur la base des demandes d’activité partielle (DAP) déposées entre le 1er mars et le 20 août 2020 : 424 000 demandes d’indemnisation (DI) ont concerné le mois de juin 2020, déposées au 17 août 2020.
  • Elles concernent 2,9 millions de salariés, 354 entreprises, 150 millions d’heures chômées.
  • L’Île de France et l’Auvergne-Rhône-Alpes concentrent le plus d’indemnisés en activité partielle.
  • Le taux de transformation des demandes d’activité partielle en demandes d’indemnisation est plus élevé pour le nombre de demandes que pour le nombre de salariés et décroit avec la taille de l’entreprise.

Toutes les demandes d’indemnisation portant sur le mois de juin n’ont pas encore été déposées, les entreprises disposant d’un délai d’un an pour faire leur demande.

  • Pour estimer le nombre de salariés qui ont été effectivement placés en activité partielle en juin, les données administratives (DAP et DI) disponibles au 17 août peuvent être complétées par les réponses des entreprises à l’enquête Acemo-Covid-19 portant sur juin. Celle-ci permet d’estimer le non-recours effectif à l’activité partielle pour les entreprises qui avaient pourtant déposé une DAP.

Au vu des déclarations

  • 4,5 millions de salariés auraient effectivement été en activité partielle en juin soit un quart environ des salariés du privé.
  • 223 000 000 d’heures auraient été chômées soit 50 heures par salarié en moyenne.
  • Ce qui représente 1 500 000 salariés en équivalent temps plein.

Les 3 secteurs les plus représentés parmi les salariés effectivement placés en activité partielle au cours du mois seraient ceux :

  • des services aux entreprises (activités spécialisées, scientifiques et techniques, services administratifs et de soutien),
  • du commerce,
  • de l’hébergement et de la restauration.

2 - Procédures de restructurations
Début août 2020, de façon habituelle durant cette période de l’année, le nombre de procédures de plan de sauvegarde de l’emploi est limité. Le nombre de ruptures de contrats de travail envisagées chute également sur les deux premières semaines :

  • En cumul depuis le 1er mars, environ 49 000 ruptures de contrats de travail ont été envisagées dans le cadre de PSE. C’est près de trois fois le nombre de ruptures envisagées sur la même période en 2019.
  • 2 700 « petits licenciements collectifs » ont été initiés depuis début mars. Le nombre de procédures diminue entre début juillet et mi-août. Elles concernent neuf fois sur dix des licenciements de moins de 10 salariés.
  • Les secteurs les plus concernés sont le commerce et la réparation automobile (20 %), la construction (18 %), l’industrie manufacturière (16 %), et l’hébergement et la restauration (12 %).

3 – Demandes d’inscription hebdomadaires à Pôle emploi entre le 2 et le 8 août 2020
90 000 demandes d’inscriptions de demandeurs d’emploi (+5,2 % par rapport à la même semaine de l’année précédente) sur les 4 dernières semaines, le nombre de demandes d’inscription ressort cependant en baisse par rapport aux mêmes semaines de 2019 (-10,6 % données provisoires).

4 – Entrées en formation des demandeurs d’emploi
Le rythme soutenu des inscriptions en formation de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi se confirme. Depuis le début de l’été, à l’exception de la semaine du 13 au 19 juillet 2020, au moins 40 % d’inscriptions supplémentaires sont dénombrées chaque semaine par rapport à l’année passée. La hausse la plus forte (+108 %) concerne la semaine du 15 août).

5 – Contrats aidés
20 100 entrées en contrat aidé (PEC) enregistrées du 16 mars au 16 août (environ 1 000 entre le 10 et le 16 août). Du 16 mars au 16 août 2020, le nombre cumulé d’entrées diminue de 45 % par rapport à cette même période en 2019.

6 – Emplois francs
Depuis la semaine du 15 au 21 juin, le nombre de demandes d’aide au titre des emplois francs fluctue autour de 300 à 400 par semaine. Sur les deux dernières semaines disponibles, le nombre de demandes d’aides d’emplois francs passe d’environ de 450 (semaine du 20 juillet) à 300 (semaine du 27 juillet).

7 – Parcours contractualisé d’accompagnement adapté vers l’emploi et l’autonomie (PACEA)
101 000 entrées en PACEA enregistrées du 16 mars au 16 août 2020 (4 400 entrées du 10 au 16 août). En comparaison, le nombre d’entrées initiales est en recul de 18 % par rapport à la même période en 2019.

8 – Garantie jeunes
22 300 entrées en Garantie jeunes enregistrées du 16 mars au 16 août (4 400 entrées du 20 juillet au 16 août 2020 contre 3 000 l’année dernière à la même période).

9 - Offres d’emploi
Sur un panel d’une quinzaine de sites suivis par la Dares, le nombre d’offres d’emploi en ligne publiées du 10 au 16 août se situe à 76 % du niveau préconfinement.

  • Après avoir atteint un pic durant la semaine du 20 au 26 juillet (126 %), le nombre d’offres d’emploi en ligne a régulièrement diminué depuis pour atteindre cette semaine son plus bas niveau depuis la fin du confinement (76 %). Cette baisse de 50 points en 3 semaines est certainement pour partie due aux congés estivaux.
  • Entre la semaine du 20 au 26 juillet et celle du 10 au 16 août, le recul du nombre d’offres en ligne est particulièrement marqué dans les domaines de l’enseignement et de la formation (-57 %), de la gestion et de l’administration des entreprises (-55 %) ainsi que du commerce (-52 %).
  • La part des offres en contrats à durée indéterminée (CDI) est également en baisse. Elle atteint 52 % entre le 10 et le 16 août contre 67 % la semaine précédant le confinement.

Ces indicateurs de l’emploi sont suivis avec attention par les institutions et le gouvernement, car si l’activité au premier semestre a diminué de 20 %, l’emploi, grâce aux mesures de financement de l’activité partielle, n’a diminué que de 2 %.

Les nouvelles mesures de l’activité partielle longue durée, l’étalement des charges et des cotisations pour les entreprises, les dispositions chômage ainsi que la mise en place du plan jeunes qui prévoit 200 000 nouvelles places de formation suffiront-ils à rétablir l’équilibre de l’emploi au deuxième semestre 2020 ?


Référence