1. Accueil
  2. > Conditions d’emploi
  3. > Conditions de travail
  4. > Pendant le confinement, le télétravail explose (...)

Pendant le confinement, le télétravail explose !

mercredi 22 avril 2020

Selon une enquête ODOXA, Il y a en ce moment 8 millions de télétravailleurs soit près d’un salarié sur trois et la plupart (4 sur 5) le sont à plein temps. C’est une véritable explosion provoquée par la crise du coronavirus qui permet à de nombreuses entreprises de continuer au moins partiellement leur activité mais aussi aux services publics d’assurer la continuité du service. Pour mémoire, une étude du ministère du Travail avait évalué en 2017 le nombre de télétravailleurs à 1,7 million. Encore faut-il préciser qu’il s’agissait, pour la grande majorité d’entre eux, de télétravailler une ou deux journées par semaine. N’en doutons pas, ce recours massif au télétravail laissera des traces dans l’organisation future de nombreuses entreprises et des administrations.

Qui sont les télétravailleurs ?

Ce sont en premier des cadres ou ce qu’on appelle des CSP+. Ainsi, 57 % des cadres et 42 % des « CSP plus » pratiquent le télétravail alors qu’ils ne sont que 7 % des « CSP moins ». Il existe des disparités flagrantes entre les activités. Ce sont sans surprise essentiellement les secteurs de services (32 % des actifs) et les services publics (34 %) qui ont recours au télétravail. Les secteurs qui nécessitent la présence des travailleurs sur leur lieu de travail y ont évidemment peu recours (la construction, les transports, les commerces, la restauration ou encore l’agriculture).

Mais il existe des disparités importantes entre les régions. Ainsi, 41 % des actifs d’Île de France télétravaillent. Ils sont déjà près de deux fois moins en Occitanie (22 %) ou en Auvergne-Rhône-Alpe (22 %) et dans le Centre-Val de Loire (21 %) mais surtout près de quatre fois moins dans les Hauts de France (14 %) et la Normandie (11 %).

Le télétravail plébiscité…

76 % des actifs en emploi et 80 % des télétravailleurs pensent que le télétravail devrait être plus développé en France. Ils y voient deux avantages principaux : cela réduit la pollution (91 %) et permet une meilleure conciliation entre la vie professionnelle et la vie privée (65 %) même si les télétravailleurs en sont un peu moins convaincus (62 %).

Des appréciations sont plus partagées sur d’autres affirmations proposées par le sondage, avec quelquefois de différences sensibles entre les actifs en général et ceux qui pratiquent le télétravail. Ainsi, Les télétravailleurs (55 %), probablement au vu de leur expérience, sont plus nombreux à considérer que le télétravail permet de mieux se concentrer et d’être plus efficace. Un peu moins de la moitié des actifs sont de cet avis. Ceux-ci sont aussi 44 % à penser que le travail y est moins intéressant ce qui n’est le cas que pour 39 % des télétravailleurs.

…mais aussi des freins sont mis en évidence

Majoritairement, 57 % des Français pensent que cela diminue le lien avec l’entreprise (53 % des télétravailleurs) et surtout 73 % des Français considèrent que le télétravail isole les travailleurs (74 % des télétravailleurs le constatent).

Pendant cette période de confinement 43 % des télétravailleurs ne disposent pas d’une pièce isolée pour travailler. Il s’agit pour la plupart des plus jeunes (54 % des – de 25 ans), des CSP- (49 %) avec pour près de la moitié des enfants à charge et un petit logement. Ceux qui ont une pièce à part se trouvent à l’inverse dans les CSP+ (58 %) dans les grandes villes (59 %) et ont de logements plus grands (63 % de plus de 80 m2). Ils ont aussi pour moitié un ou plusieurs enfants à charge.

49 % télétravailleurs se disent perturbés par des tentations auxquelles ils ne sont pas habitués (télé, internet, musique, jardinage, bricolage). C’est particulièrement le cas pour les jeunes (57 %). 46 % (50 % des femmes) sont perturbés par l’organisation de la famille (les enfants, les courses, le ménage) et 43 % sont gênés par le bruit qui existe autour d’eux (les enfants notamment).

Quelques réflexions à la suite de cette enquête

Pour de nombreux actifs et les entreprises, le télétravail constitue une réponse efficace à la situation de confinement que nous connaissons. Mais on voit que ce recours important au télétravail aura des conséquences pour la suite. Malgré les freins qui ont été mis en évidence, les entreprises devront répondre à une demande de plus de télétravail qui ne manquera pas de s’exprimer dans les années à venir. La tendance constatée depuis quelques années devrait s’accentuer d’autant que les solutions techniques se développent de plus en plus.

Des questions toutefois devront être posées pour permettre aux travailleurs concernés de télétravailler dans les meilleurs conditions : la question du poste de travail et notamment de son isolement dans le logement ; celle de l’organisation du travail et notamment de la nécessité d’une relation de confiance entre le manager et les télétravailleurs ainsi que la gestion des relations entre eux et les autres salariés ; la question de la surcharge de travail qui n’a pas été abordée par le sondage ODOXA mais qui pourtant est une réalité pour de nombreux télétravailleurs.

Plus que jamais, la mise en œuvre du télétravail constitue, au-delà de l’obligation légale de le négocier dans les entreprises de plus de 50 salariés, un sujet de dialogue social qui peut être source d’innovation au bénéfice des entreprises et des salariés.


Source