1. Accueil
  2. > Environnement économique
  3. > Emploi
  4. > Les professions en France en 2022 et leur évolution (…)

Les professions en France en 2022 et leur évolution depuis 40 ans

Publié le 19 juin 2024 / Temps de lecture estimé : 2 mn

C’est un tableau de la population active française que vient de dresser l’Insee, des types d’emplois et des évolutions qu’elle a connu sur le long terme. Car, comme l’économie, les techniques, les produits industriels et tertiaires et les qualifications connaissent de gros changements, les besoins en emplois ont profondément évolué. C’est ce panorama de la situation actuelle qu’il est important de connaitre.

La répartition de la population active en emploi

Professions 2022 1982
Employés 26,0 % 26,4 %
Professions intermédiaires 24,6 % 18,8 %
Cadres et professions intellectuelles supérieures 21,7 % 8,0 %
Ouvriers 18,9 % 29,9 %
Artisans, commerçants, chefs d’entreprise 6,8 % 7,7 %
Exploitants agricoles 1,6 % 7,5 %



Ce tableau montre les très fortes évolutions qui se sont produites entre les différents groupes professionnels en 40 ans. Alors que le pourcentage de cadres a presque triplé, que celui des professions intermédiaires a augmenté de façon nette, la part des ouvriers a baissé de 36 %, alors que la part des employés est restée stable.. Quant aux agriculteurs exploitants, c’est la profession qui a connu la plus forte chute.

L’innovation et la complexification des activités et des productions ainsi que la tertiarisation expliquent en grande partie ces évolutions, qui s’est traduite par la baisse des ouvriers, surtout peu qualifiés et la multiplication des emplois cadres. Tandis que la profession des agriculteurs s’est si fortement réduite par l’augmentation de la taille des exploitations et la forte hausse de la productivité.

Les emplois peu qualifiés sont surtout tenus par des jeunes (15 à 24 ans) qui ont quitté tôt l’école. Et ce sont dans ces professions que l’on rencontre le plus de CDD et d’intérim : près d’1/4 des emplois chez les ouvriers peu qualifiés et 16 % des employés peu qualifiés.

Une distribution sexuée des professions

On retrouve surtout les femmes dans les emplois tertiaires. En effet, elles constituent les ¾ des employés, qualifiés ou peu qualifiés, présentes en particulier dans les services administratifs et les services aux personnes, et elles sont aussi majoritaires à 54 % parmi les professions intermédiaires, alors qu’elles ne représentent que 14 % des ouvriers qualifiés mais 1/3 des ouvriers peu qualifiés. Dans les emplois tertiaires et ouvriers peu qualifiés, elles sont souvent à temps partiel et en sous-emploi.

Les hommes, eux, dominent parmi les ouvriers qualifiés (86 %) et peu qualifiés (les 2/3), les agriculteurs (72 %), ils constituent les 2/3 des artisans, commerçants et chefs d’entreprise, et sont encore dominants parmi les cadres (57 % contre 43 % de femmes) mais cet écart est en nette baisse. C’est parmi les hommes agriculteurs que l’on rencontre des horaires atypiques développés, avec un temps de travail lourd (54 heures en moyenne), suivis par les artisans, commerçants, chefs d’entreprise et par les cadres, en particulier les enseignants, les scientifiques et les professions de l’information, de l’animation, de l’art et du spectacle.

En guise de conclusion

Cette rapide description montre bien les transformations qu’ont connues les professions dans ces 40 dernières années, renforçant très nettement le niveau des qualifications et modifiant les types d’emplois. Mais la France manque cependant de compétences pour les emplois qualifiés nécessaires pour assurer les transitions numériques et écologiques majeures qu’on a besoin de développer. Et de plus il reste cependant une partie de population active peu qualifiée, aux emplois plus souvent précaires, qu’il faut accompagner et qualifier pour leur permettre de participer à ces changements et aller vers de meilleurs emplois.


Source